Gallimard

Marcel Proust, l'itinéraire d'une écriture

Pistes pédagogiques

Lorsque Proust cherche un éditeur pour publier la première partie de La Recherche du temps perdu, il se tourne en premier lieu vers les éditions de la NRF dont il apprécie le rayonnement culturel et la légitimité qui s’y trouve associée. Le manuscrit est refusé fin 1912 par André Gide et Jean Schlumberger en partie car l’auteur ne semble pas appartenir au cercle culturel de la maison, Proust sollicite alors Grasset qui publie le texte à compte d’auteur fin 1913. Gaston Gallimard, André Gide et Jacques Rivière n’auront de cesse ensuite de tenter de « récupérer » l’écrivain.
Un accord est trouvé en août 1916 qui dégage Proust de son contrat d’édition à compte d’auteur avec Grasset : Gallimard réédite Du côté de chez Swann en juillet 1917 mais la guerre retarde la publication, l’impression d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs sera interrompue pour la même raison fin 1917. À l’ombre des jeunes filles en fleurs sort finalement en librairie en juin 1919, en même temps que Pastiches et mélanges – recueil d’articles publiés par Proust entre 1900 et 1908 – et une réédition sous la couverture de la NRF de Du côté de chez Swann. À l’ombre des jeunes filles en fleurs reçoit le prix Goncourt en décembre 1919.

Parcours d'un manuscrit

Le dossier réalisé pour l’exposition « Proust, l’écriture et les arts » explore la genèse de l’écriture et le rôle du support. À l’aide de ces informations et des commentaires qui accompagnent les visuels, observer ces différents états de l’écrit pour en retracer les étapes et la chronologie.
Documents à consulter
 
Observer ces manuscrits d’écrivains : 
Documents à consulter
 
Feuilles volantes, carnet, montage, que dit le support des habitudes d'écriture ? Comment la page est-elle agencée ? Les mots sont-ils seuls présents ? Quels crayons sont utilisés ? Que signifient les ratures ?
Avec quels outils travaillent nombre d'écrivains à présent selon vous ? Quelles sont les conséquences sur l'étude du cycle de l'écriture, de la genèse des œuvres ? Les « paperoles » ont-elles un équivalent au début du XXIe siècle ?

Écriture/publication 

Proust déploie et enrichit son texte jusqu’au bon à tirer, Charles Baudelaire a un autre usage des corrections. Quelle relation semble-t-il entretenir avec son imprimeur ? Sur quels éléments de l’écrit se porte son attention : sur la typographie, la mise en page, les conditions de lecture, la ponctuation, le texte lui-même ?

Documents à consulter
 
Ces trois documents présentent trois étapes de La Femme supérieure de Balzac : quelle caractéristique de l’écriture de Balzac se trouve ainsi révélée ?
 
Un autre exemple à consulter, celui d'André Malraux qui corrige les épreuves de La Condition humaine. En utilisant la loupe qui permet de parcourir le document, observer la nature des corrections opérées.

Champ littéraire, concurrence et contrat

Quand la NRF devient l’éditeur de Proust, Gaston Gallimard négocie avec Bernard Grasset les derniers volumes du premier tirage dans une lettre du 15 octobre 1917 .
Il les reçoit quelques jours plus tard et en rend compte dans un deuxième courrier le 22 octobre 1917.
Que deviennent ces exemplaires imprimés par Grasset ? Pour le découvrir, comparer cette édition de Du côté de chez Swann avec la maquette annotée par Gaston Gallimard. Par quels indices les deux éditeurs sont-ils présents ? Comment l’œuvre s’inscrit-elle dans la durée du côté de la NRF ?
La rivalité se poursuit entre les deux éditeurs, comme le soulignent ces lettres de Louis Brun des éditions Grasset adressées à Gaston Gallimard le 30 mars 1928 et le 6 décembre 1934. Quels sont les auteurs cités par Louis Brun ? Que laissent paraître ces protestations de l’ambiance générale de l’édition entre les deux guerres ?
À la fin des années cinquante, Gaston Gallimard rédige une note concernant les « auteurs à reprendre » : quelle est la plus grande rivale ? Où se situe alors Grasset ?
Face à d’autres adversaires qui menacent l’édition, une solidarité peut cependant voir le jour comme en témoignent ces deux lettres de Jérôme Lindon, fondateur des éditions de Minuit, la première adressée à Claude Gallimard le 22 mars 1988, la seconde à Antoine Gallimard le 18 mai 1995.
Documents à consulter
 

Fonds et postérité

En 1919, Proust obtient le prix Goncourt pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs, un choix contesté par certains : le prix créé par les frères Goncourt avait pour projet de récompenser un jeune écrivain. Jacques Rivière justifie ce choix dans un article publié dans la revue le 1er janvier 1920. Comment définit-il la notion de jeunesse ? Ses prévisions sur la postérité se sont-elles vérifiées ?
Au-delà de cette reconnaissance institutionnelle, le catalogue de la BnF en ligne et les collections de Gallimard témoignent de la place des textes de Marcel Proust. Après les avoir explorés, qu’en conclure du parcours de cet écrivain au départ refusé par Gallimard ?
sommaire
imprimer la pagehaut de page