Gallimard

Raymond Queneau, un familier du cercle

Pistes pédagogiques

Auteur chez Gallimard depuis 1933, année de publication du Chiendent refusé par Denoël, Raymond Queneau – parrainé par Jean Paulhan – devient lecteur de la maison en 1938 puis secrétaire du comité de lecture à partir de janvier 1941. Il appartient au cercle de familiers et devient peu à peu l’un des éditeurs les plus influents de la maison, initiant des collections en littérature française, étrangère, en philosophie (« La Méridienne » en 1937, « La Plume au vent » en 1946, « Le Rayon fantastique » en 1951). Il participe à l’aventure des Temps modernes en 1945 et sera directeur de « l’Encyclopédie de la Pléiade » après 1950.
Parallèlement, il s’impose comme un auteur prolifique et inventif, s’illustrant à la fois dans les romans (Les Fleurs bleues, Zazie dans le métro…), la poésie (Chêne et chien, Courir les rues, battre la campagne, fendre les flots…) , les essais (Bâtons, chiffres et lettres) et les innovations littéraires, telles que Exercices de style ou Cent mille milliards de poèmes. Membre de l’Oulipo (OUvroir de LIttérature POtentielle), il s’impose à la fois par sa culture encyclopédique et sa curiosité pour les formes nouvelles. Il a aussi publié en 1947, sous le pseudonyme de Sally Mara, On est toujours trop bon avec les femmes.

Album

Observer ces photos qui témoignent de la vie de la maison. En quelle compagnie apparaît Raymond Queneau ? Dans quelles circonstances ? Qui sont les familiers ?
images à consulter
 

Fiches de lecture

Commentées en comité de lecture, systématisées à partir de 1925, ces fiches sont déterminantes pour le choix d’un manuscrit. Elles rendent compte de l’intérêt et de la qualité d’un écrit, tout en prenant en considération l’inscription dans la ligne éditoriale de la maison. Observer ces fiches de lecture rédigées par Raymond Queneau :
- Out of Africa, Karen Blixen, 15/12/1938 : comment comprendre l’expression  « Un joli livre de femme » ? Que signifie l’annotation de Gaston Gallimard : « Quel est le genre ? collection ? ». Quel est l’avis pour la publication ?
- Précis de décomposition, Cioran, 28/11/1948 : il s’agit d’une nouvelle version du manuscrit, qu’est-ce à dire quant à la chronologie de l’écriture ? Qu’indique le commentaire de Gaston Gallimard signé avec son initiale ?
- Barrage contre le Pacifique, Marguerite Duras, 13/12/1949 : l’avis est très favorable, quelles sont cependant les réserves du lecteur ?
Documents à consulter
 
Ces fiches engageantes et engagées montrent aussi que les lecteurs ne sont pas toujours d’accord sur les suites à donner :
- Le Festin nu, William Burroughs, 1959 :Michel Mohrt et Raymond Queneau lisent l’un et l’autre le manuscrit… et leur avis diffère. Pourquoi ? Quelles sont leurs réserves, comment l’un considère-t-il qu’il faut les dépasser ? Quelle sera finalement la décision de l’éditeur ?
- Seuls demeurent, René Char, 1943 : Albert Camus et Jean Paulhan sont d’accord pour la publication, est-ce pour les mêmes raisons ? Pourquoi Albert Camus se présente-t-il comme « mauvais juge » ? Son avis est-il influencé par cette première considération ?
Documents à consulter
 
En vous référant aux fiches parcourues, à quoi correspondent le 1 ou le 2 accompagnant les avis ? À l'aide de la fiche de lecture de Jean Paulhan sur Les Loyaux adversaires de René Char en 1940, que conclure du 3 ?
Observer la structure de deux fiches, l'une de 1925, l'autre vers 1959 : quelles rubriques ont été modifiées ? Quelle signification y voyez-vous par rapport à la vie littéraire et à l'évolution de la maison ?
Quand le nom de l'auteur – et du lecteur – suffisent : la fiche de Malraux sur Pylon de Faulkner le 30 mars 1935
Documents à consulter
 

Un homme orchestre

Lire attentivement la lettre datée du 26 août 1946 envoyée par Raymond Queneau à Claude Gallimard . Est-elle uniquement professionnelle ? Quels sont les domaines évoqués ? Quels métiers de Queneau est-il possible de repérer ? Quelles relations sont perceptibles entre les deux hommes ? Quels sont les noms propres mentionnés, qu’en déduire de la place de Queneau dans la vie culturelle de l’après-guerre ?
Imaginer en quelques lignes la « fiche de poste » d’un collaborateur de la maison Gallimard précisant son rôle et ses fonctions.
zzz

Parcours dans les collections

Zazie dans le métro paraît pour la première fois en 1959, dans la collection blanche, Georges Perros rédige même pour célébrer la sortie une critique « à la manière de » qui montre la familiarité culturelle qui unit les deux écrivains. Le roman a depuis connu une belle carrière, évoluant selon les époques entre collections pour la jeunesse, versions illustrées et éditions plus érudites accompagnées de dossier, sans oublier le volume de La Pléiade consacré aux romans.
En vous référant à la fois au catalogue de la BnF en ligne, au site des éditions Gallimard et aux ressources électroniques dans leur ensemble, dressez l’inventaire des éditions successives de Zazie dans le métro, depuis 1959.

Après la publication dans la collection blanche, le titre est vite publié en collection de poche en 1962, au Livre de poche car tel était le contrat entre Gallimard et Hachette. En 1972, lorsque Gallimard prend ses distances avec Hachette et fonde la collection de poche Folio, le roman de Queneau sera l’un des premiers à rejoindre la collection.
Repérez-vous des constantes dans ces différentes couvertures ? Comment chacune d’elles définit-elle son public en fonction du choix de la collection ? Lors de sa création, la collection Folio souhaitait se démarquer du Livre de poche par un positionnement plus haut de gamme et une mise en page plus raffinée : est-ce confirmé dans cet exemple ?
Ecouter un extrait de Zazie dans le métro
sommaire
imprimer la pagehaut de page