Comte Leopold Berchtold (1863-1942)
Theobald von Bethmann Hollweg (1856-1921)
Sergueï Dmitrievitch Sazonov (1860-1927)
Comte Helmuth von Moltke, dit Moltke le Jeune (1848-1916)
Joseph Joffre (1852-1931)
Comte István Tisza (1861-1918)
Nicolas II (1868-1918)
François-Joseph Ier
Sir Edward Grey, (1862-1933)
René Viviani (1863-1925)
Guillaume II (1859-1941)
Raymond Poincaré (1860-1934)
Président de la République française de 1913 à 1920
Photographie de l'atelier Eugène Pirou, 1913.
Héliogravure. 28,2 × 20,4 cm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, N2 (Poincaré)
© Bibliothèque nationale de France
Avocat lorrain, député puis sénateur, il mène une précoce et brillante carriere ministérielle. Issu du centre-gauche républicain et laique, lié aux modérés du centre-droit, il est président du Conseil et ministre des Affaires étrangères de janvier 1912 à janvier 1913, élu président de la République le 17 janvier 1913. Ce patriote ardent, tenace et travailleur, partisan de la loi des trois ans (qui allonge d’un an la durée du service militaire), entend influencer la politique étrangère de la France. Il pousse au resserrement des alliances et à la fermeté contre l’Allemagne. Depuis juin 1914, il cohabite avec le gouvernement Viviani, plus à gauche que lui et fort pacifique. Poincaré ne cache guère, dans ses notes journalieres, son avis réservé sur les aptitudes du président du Conseil. Lors du voyage (du 15 au 29 juillet) qui les mène tous deux en Russie – ils y séjournent du 20 au 23 juillet –, il donne le sentiment, tout en respectant les apparences, d’avoir pris de l’ascendant sur Viviani. Face à la crise diplomatique de l’été, Poincaré paraît moins soucieux de sauver la paix que de permettre a la France, au cas où elle serait impliquée dans un conflit général, d’y entrer dans les meilleures conditions – avec les soutiens russe et britannique. Dans son message au Parlement du 4 août, il lance la formule d’« union sacrée », pour caractériser l’unanimité qui doit réunir les Français dans un effort de défense patriotique.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu