Affiche sur un mur de Paris
Rol, agence photographique, Paris, 1916.
Négatif sur verre, 13 x 18 cm
BnF, département Estampes et photographie, EI-13(2557)
© Bibliothèque nationale de France
La « dette » de la société vis-à-vis des blessés de guerre est immense. Très rapidement, il devient urgent de trouver des financements pour leur convalescence, leur pension et leur reconversion professionnelle. Edouard Herriot crée dès décembre 1914 une école pour les mutilés, puis Maurice Barrès, qui fut aussi à l’origine de la création de la croix de guerre en 1915, crée la Fédération nationale d’assistance aux mutilés des armées et une école « des mutilés » à Paris. La loi du 17 avril 1916 crée des emplois réservés aux militaires blessés dans l’administration publique. La loi du 26 avril 1924 oblige les entreprises à recruter des mutilés de guerre. La tombola créée par l’Union des Blessés de la Face et de la Tête est à l’origine de la loterie nationale française. En quelque sorte, l’intégration du handicap dans la société commence avec la Première guerre mondiale.
L’auteur de cette affiche, Francisque Poulbot, célèbre pour ces dessins des « gavroches » de Paris, les poulbots de Montmartre, réformé en 1915, dessine, pendant la Grande Guerre, de nombreuses affiches (comme celles pour la « Journée des Poilus ») et des cartes postales patriotiques pour soutenir les Poilus. A la différence de Steinlen qui réalise aussi des affiches pour l’aide aux mutilés de guerre, mais beaucoup plus réalistes, ici le dessin est rond et ne dévoile aucunement la souffrance du poilu, confortablement installé même si un énorme bandage lui couvre le pied.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu