Sans foyer le jour de Noël
Femme pleurant parmi les ruines, entourée de trois enfants en bas âge
Rol, agence photographique, Paris, 1914.
Négatif sur verre, 13 x 18 cm
BnF, département Estampes et photographie, EI-13 (419)
© Bibliothèque nationale de France
Quelle place peut-on accorder à la souffrance des femmes pendant la guerre quand l’ensemble des discours est tourné vers la douleur des hommes dans leur chair et dans leur âme? Cette photographie de presse offre une image de la souffrance féminine, ajoutant au tragique de la situation (« sans foyer », au milieu des ruines, sans doute proche du front), les pleurs, la date de Noël et le « bas âge » de ses enfants. Cette image s’adresse aux hommes, leur rappelant les raisons pour lesquelles ils se battent, pour défendre la terre, le foyer des femmes et des enfants. Car la parole des femmes pendant la guerre, souffrant de l’absence du mari et du père, du manque de soutien matériel et affectif, de l’angoisse de la mort ou de la mutilation, n’a pas sa place pendant la guerre, si ce n’est pour motiver les hommes au combat. La souffrance des hommes occulte celle des femmes, encore davantage après-guerre, où, accusées d’avoir fait leur vie bien loin des combats, les femmes doivent taire leurs malheurs pour accueillir leurs héros, abandonner leur autonomie et retrouver leur position traditionnelle.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu