Emigrés d'Ypres
Rol, agence photographique, Paris, 1914.
Négatif sur verre, 13 x 18 cm
BnF, département Estampes et photographie, EST EI-13 (403)
© Bibliothèque nationale de France
L’entrée en guerre signifie l’adieu au père, au frère, les larmes de la mère, un premier impact sur la famille vécu affectivement par l’enfant. Mais c’est aussi, en zone occupée, le choc de l’invasion, les terreurs et la hâte de l’exode. Fuyant la violence extrême des premières semaines d’occupation ennemie, les pillages, les viols, la mort, la déportation et les rumeurs (des enfants auraient eu les mains coupées par des soldats allemands), les habitants du Nord de la France affluent plus au Sud : le souvenir des réfugiés marque durablement les esprits et aide à expliquer l’exode massif de 1940.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu