L'ultimatum austro-hongrois à la Serbie, le 23 juillet 1914
Le Figaro du 25 juillet 1914, N°206, page une
Paris, 25 juillet 1914..
BnF, département Droit, Économie, Politique
© Bibliothèque nationale de France
« La Serbie est une bande de brigands ! » (Guillaume II)
Près d’un mois après l’attentat de Sarajevo, l’Autriche-Hongrie adresse un ultimatum inacceptable à la Serbie, accusée sans preuve décisive d’avoir aidé les terroristes. Depuis les 5-6 juillet, elle dispose du soutien allemand pour régler son compte à la petite république balkanique. Il s’agit pour l’Autriche d’assurer son unité et de montrer sa force. Mais pourquoi un si long délai ? Si l’empereur François-Joseph est assez vite convaincu, il n’en va pas de même du premier ministre hongrois Tisza. Celui-ci craint un afflux nouveau de populations slaves au sein de la Double Monarchie, qui affaiblirait selon lui l’influence hongroise. La Serbie, pourtant conciliante, réfute un seul des dix points de l’ultimatum. C’est déjà trop pour l’Autriche, qui lui déclare la guerre le 25 juillet.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu