Le bombardement de la cathédrale de Reims, le 17 septembre 1914
La cathédrale et l'archevêché après l'incendie.
Meurisse, agence photographique, Reims, 1914.
1 photographie négatif sur verre ; 13 x 18 cm (sup.)
BnF, département Estampes et photographie, EI-13 (2535)
© Bibliothèque nationale de France
Un nouveau symbole de la « Kultur » germanique/b>
Les destructions de bâtiments historiques avaient déjà choqué profondément les populations en Belgique, notamment à Louvain. Mais le bombardement et l’incendie de la cathédrale de Reims, l’église des sacres des rois de France, a un impact phénoménal. La cathédrale ruinée devient vite le symbole de l’extrême brutalité des Allemands, qui ne respectent même pas les lieux de culte. Toute une propagande se met en place autour de ces destructions, assimilant les troupes du Kaiser aux Huns d’Attila. On dénonce allègrement la « Kultur » allemande, plus proche de la barbarie que de Kant ou Beethoven.
 
 

> partager