Le 296e régiment de Béziers en Champagne
Jean-Pierre Bonfort, Main-de-Massiges. Marne, 30 janvier – 26 avril 1917.
Photographie couleur, 61 x 70 cm
BnF, département Estampes et photographie, EP-1147-Boîte Fol, 15ecahier, page 430
© Jean-Pierre Bonfort
Le photographe Jean-Pierre Bonfort revient sur les traces du tonnelier Louis Barthas qui a laissé 10 carnets de notes prises au fil de ses quatre ans de guerre.

Le 6 février à la nuit tombante, ce fut le tour de notre équipe d’aller en ligne. Nous traversâmes le village de Courtémont moins démoli que Dommartin, nous passâmes aux baraquements de la cote 202 où notre bataillon était venu prendre ses six jours de repos, puis à proximité de Minaucourt nous atteignîmes une hauteur dite « Le Promontoire » où était installé notre général de brigade contre l’escarpement opposé à l’ennemi. Nous gravîmes cette hauteur par un boyau, nous le dégringolâmes du côté opposé et nous trouvâmes au pied d’une autre colline « l’Index », un des doigts de la fameuse Main de Massiges dont les ravins qui les séparent sont peuplés de cimetières où dorment de leur dernier sommeil tant de gars du Midi, rançon de la fameuse victoire de Champagne en 1915
 
 

> partager