Les Zeppelins passent… Paris a le sourire
Le Petit journal, supplément du dimanche
Paris, 4 avril 1915.
BnF, Département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme Fol-Lc2-3011
© Bibliothèque nationale de France
La Première guerre mondiale impose à tous les titres une censure dont la plupart s’accommode. Les informations officielles sur l’état du front sont partielles et biaisées. D’où les excès d’optimisme chauvins des premiers mois de guerre. Ainsi, en 1914 et surtout 1915, les unes du Supplément illustré du petit Journal dépeignent l’adversaire en plein désarroi, tandis que les combattants français semblent remporter victoire sur victoire.
Ce discours exagérément optimiste, laissant les journalistes à la solde de la propagande officielle, porte pourtant ses fruits. En temps de guerre, le public est avide de nouvelles et les principaux journaux affichent des tirages record.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu