Muse lisant un volumen
Peintre de Klügman, Athènes, vers 435-425 av. J.-C..
Lécythe à figures rouges. H. 25,5 cm ; ø 7,8 cm
Musée du Louvre, Antiquités grecques, étrusques et romaines, CA 2220.
© RMN, Hervé Lewandowski
Du VIe siècle avant J.-C. jusqu'à la Rome impériale, le livre est un volumen, un rouleau de papyrus sur lequel le texte est placé en colonnes perpendiculaires à la longueur du rouleau. Ce volumen se déroule et s'enroule au rythme de la lecture. Le livre connu sous cette forme fut assez répandu, Athènes en demeurant longtemps le principal centre de production. Au Ier siècle de notre ère apparaît un nouveau support, le parchemin, qui transforme la forme du livre : les feuillets de parchemins sont réunis en cahiers et permettent que l'on feuillette le livre. Ce nouveau type de livre, le codex, présente désormais une page avec des marges bien délimitées. Cette nouveauté permet la mise en page simultanée du texte, au centre de la page, et des commentaires, auparavant disponibles sur des rouleaux séparés du texte, dans les marges. C'est cette disposition du texte, du commentaire, ou encore des scholies, que nous retrouvons dans nos manuscrits médiévaux de l'Iliade et de l'Odyssée.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu