L'enlèvement d'Hélène
Le Recueil des hystoires troyennes, contenant trois livres…
Raoul Le Fèvre, auteur, Paris, A. Vérard, vers 1494.
Vélin, In-fol., miniatures, marque typogr. à la fin. Ex. du roi Charles VIII.
BnF, Réserve des livres rares, Velins-628
© Bibliothèque nationale de France
Raoul Le Fèvre, chapelain de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, achève entre 1464 et 1465 un recueil des histoires de Troie. Il témoigne à quel point la perception de l'enlèvement d'Hélène par Pâris a subi une inflexion depuis Homère. Chez Raoul Le Fèvre, Hélène devient une femme épousée en grand honneur par Pâris. Elle n'est plus cette femme enlevée pour qui les Achéens font la guerre. Chez d'autres auteurs post-homériques, Hélène est consentante et devient même, selon certaines traditions, une femme fatale. Chez Homère, Hélène n'est responsable de rien, seuls les dieux sont coupables. Quant à Pâris, dans l'Iliade, les mots de son frère Hector contre lui, "Pâris de malheur", "bellâtre, coureur de femmes et suborneur" (Iliade, III, 39-40), sont terribles, tout comme ses reproches. De même, il arrive à Hélène de lui témoigner son mépris : "Te voilà de retour du combat ! Ah ! Que tu aurais donc mieux fait d'y périr sous les coups du puissant guerrier qui fut mon premier époux !" (Iliade, III, 428-429.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander