François Ier et Homère
"Les dix premiers livres de l'Iliade d'Homère, prince des poètes, traduictz en vers françois par M. Hugues Salel…"
Homère (08..?-08..? av. J.-C.), auteur ; Hugues Salel, traducteur, Paris, Vincent Sertenas, 1545.
In-folio
BnF, Réserve des livres rares, Rés. Yb. 32
© Bibliothèque nationale de France
Le poète Hugues Salel doit sa gloire plus à la traduction en décasyllabes de l'Iliade, qu'il réalisa à la demande de François Ier, qu'à sa propre œuvre poétique. Le roi avait une prédilection pour Homère : il avait déjà patronné la traduction latine de l'Odyssée de Franciscus Floridus Sabinus et, pour décorer la grande galerie de Fontainebleau, il y fit peindre à fresque des scènes de l'Odyssée dont le Primatice avait fourni l'esquisse. On ne sait si Hugues Salel travailla directement à partir du texte grec ou si, comme son prédécesseur Jean Samxon, il se fonda uniquement sur une traduction latine. En 1542, Pierre de Tours fit paraître à Lyon une édition pirate des deux premiers chants traduits par Salel, édition aujourd'hui rarissime dont la bibliothèque de l'Arsenal possède un exemplaire (Rés. 8o B. L. 3685). Un arrêt du Parlement de Paris du 25 octobre 1542, conservé aux Archives nationales, interdit au libraire de Lyon d'imprimer et de vendre cette traduction. C'est par l'attendu de cet arrêt que nous avons du reste la preuve de la commande royale : "… par le commandement dudict seigneur il avoit commancé a traduire l'Yliade de Homere…". Ces péripéties nous attestent l'attente et l'intérêt que pouvait susciter cette traduction d'Homère. À la mort du roi, qui le protégeait, Salel arrêta son travail et se retira dans son abbaye de Saint-Chéron. Son disciple Amadys Jamyn poursuivit son œuvre et fit paraître la traduction intégrale de l'Iliade en 1577.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander