Le bouclier d'Héraclès
Archaeologia Homerica
John Lynton Myres (1869-1954), archéologue et historien, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1973.
BnF, Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 4- J- 1879 (2,6,1)
© Bibliothèque nationale de France
Incrusté de gypse et d'ivoire, lamé d'azur, le bouclier étincelle d'ambre et d'or. Au milieu un dragon, la Discorde, des guerriers saisis par la Parque, Hercule luttant contre l'Hydre, sangliers et lions s'égorgeant. Ailleurs, le combat des Lapithes et des Centaures, les dieux y prenant part, l'Olympe. Sur la mer, des poissons, un port, des pêcheurs. Persée s'envole avec la tête de Méduse, les Gorgones à sa poursuite. Puis deux peuples en guerre non loin d'une cité livrée aux plaisirs. Là une terre fertile, labours, moissons, vendanges. Et des athlètes, des chasseurs, une course de chars. Enfin le grand Océan.
Cette reconstitution archaïsante du bouclier d'Héraclès, proposée par l'archéologue et historien anglais John Lynton Myres, s'inspire des boucliers de bronze retrouvés en Crète dans une grotte de l'Ida. Les figures rappellent les monstres de l'art oriental.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu