Thétis priant Héphaïstos de forger des armes pour Achille
Vignettes pour Homère ; cinquante gravures reliées en un volume illustrant l'Iliade et l'Odyssée
Edward Smith, graveur ; Johann Heinrich Füssli (1741-1825), peintre, Londres, F. J. Du Roveray, 1er octobre 1805.
BnF, Estampes et Photographie, Ta 5, f. 19
© Bibliothèque nationale de France
Thétis supplie Héphaïstos, soutenu par deux servantes artificielles en or, de fournir des armes à Achille.
"Le dieu forgeron boiteux est une tradition que l'on retrouve dans des pays très éloignés, comme l'Afrique occidentale et la Scandinavie ; dans les temps primitifs, on mutilait peut-être volontairement les forgerons afin de les empêcher de s'enfuir et de gagner les tribus ennemies." (Robert Graves)
Quand Thétis arrive dans la demeure d'Héphaïstos , "elle le trouve, tout suant, roulant autour de ses soufflets, affairé. Il est en train de fabriquer des trépieds." Thétis le demande : "il quitte le pied de son enclume, monstre essoufflé et boiteux, dont les jambes grêles s'agitent sous lui. Il écarte du feu ses soufflets ; il ramasse dans un coffre d'argent tous les outils dont il usait ; il essuie avec une éponge son visage, ses deux bras, son cou puissant, sa poitrine velue. Puis il enfile une tunique, prend un gros bâton et sort en boitant. Deux servantes s'évertuent à l'étayer."(Il. XVIII, ca. 370)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu