Cortège de buveurs (comos)
Retour d’Héphaïstos
Héra et Prométhée
Coupe attique attribué à Douris, Athènes, Trouvé à Vulci (?), 480-465 av J.-C..
Céramique à figures rouges. H. 12,6 cm ; D. 31, 7 cm ; L. 39,1 cm. Inscription : HERA – PROMETH[E]S
BnF, Monnaies, Médailles et Antiques, Luynes. 671 – De Ridder.542
© Bibliothèque nationale de France
Prométhée, fils du Titan Japet, s’est à plusieurs reprises opposé à Zeus pour venir en aide aux humains. Une première fois, il a dupé le dieu lorsqu’a été décidé comment effectuer le partage du sacrifice entre les dieux et les hommes. Il a proposé à Zeus de choisir entre deux parts d’un bœuf : d’un côté, les chairs et entrailles cachées sous la peau, et de l’autre les os recouverts de graisse blanche ; le dieu a choisi la seconde, laissant la viande aux humains. Zeus décida pour se venger de priver les hommes du feu ; Prométhée le vola alors pour eux. Sa punition pour ces offenses fut terrible : il fut enchaîné à un rocher et un aigle lui dévorait chaque jour le foie, qui repoussait chaque nuit. Finalement, après plusieurs générations, Zeus envoya Héraclès le délivrer, et l’accueillit sur l’Olympe.
Le médaillon central de cette belle coupe met en scène dans un cercle de méandres une représentation unique, Héra accueillant Prométhée sur l’Olympe. La déesse trône à gauche, un voile sur les cheveux. Elle tient un grand sceptre d’où partent des volutes, tandis qu’elle accueille avec une phiale à libation Prométhée qui monte vers elle. Il est couronné et s’appuie à un long sceptre ; cette couronne est sans doute une substitution de ses chaînes : comme Zeus avait juré qu’il ne serait jamais délivré, il dut porter, selon les versions, un anneau ou une couronne qui le liait toujours à un morceau du rocher.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander