Suite
La muse
L'inspiratrice
"Chante, déesse, la colère d'Achille.", "Ô Muse, conte-moi l'aventure de l'Inventif." L'Iliade et l'Odyssée commencent par une invocation à la Muse. Le chant ne naît pas de l'expérience personnelle du Poète, il est inspiré par la Muse qui voit "ce qui est, ce qui sera, ce qui fut". C'est elle qui détient la connaissance et la vérité. Pour construire la parole poétique, l'aède doit écouter la Muse et transmettre sa parole en un chant mélodieux. Dans cette civilisation fondée sur la tradition orale, la Muse joue un rôle essentiel : elle confère une vaste mémoire et rend possible l'épopée.
Muse lisant un volumen
Peintre de Klügman. Athènes, vers 435-425 av. J.-C. Lécythe à figures rouges.
Musée du Louvre, Antiquités grecques, étrusques et romaines, CA 2220

Du VIe siècle avant J.-C. jusqu'à la Rome impériale, le livre est un volumen, un rouleau de papyrus sur lequel le texte est placé en colonnes perpendiculaires à la longueur du rouleau. Ce volumen se déroule et s'enroule au rythme de la lecture. Au Ier siècle de notre ère apparaît un nouveau support, le parchemin, qui transforme la forme du livre : réunis en cahiers, les feuillets de parchemins permettent de feuilleter le livre appelé codex.
1/5