Hasan Riza Khan présentant une requête à Asaf ud-Daula
École d'Oudh (?), vers 1775
347 x 285 mm (page entière : 470 x 325). Gouache sur papier. Encadrement bleu. Au verso figure une pièce calligraphiée en Naskhi signée Asad-ullah, sans date, et un cachet de possesseur indien
Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Smith-Lesouëf 249, n° 6523
© Bibliothèque nationale de France
Asaf ud-Dawla, qui régna de 1775 à 1797 était fils de Shuja ud-Daula (1754-1775), lui-même successeur de Safdar Jang (1739-1754) et de Mir Muhammad Amin, un Persan du Khorasan, nommé vice-roi d'Oudh (Lucknow) en 1722 et qui fut le premier de cette lignée des Nawab d'Oudh.
La cour d'Oudh, surtout depuis le sac de Delhi en 1757, avait été un refuge accueillant pour les artistes qui y ont trouvé emploi auprès de plusieurs mécènes ou collectionneurs de peintures. L'éclat artistique de la cour d'Oudh dure jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, même si sous le règne d'Asaf ud-Daula l'État est pratiquement placé sous la protection des troupes de la Compagnie anglaise, le traité de Faizabad signé en 1775 ayant encore renforcé la puissance anglaise face au Nawab. (F.R.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander