Vision d'Esdras
Album "Batailles et sujets historiques de l'Inde et de Perse"
École d'Ispahan (?), 1600-1630
193 x 126 (page entière: 455 x 310). Gouache sur papier. Cadre floral sur fond bleu dans un second cadre de couleur saumon, marge sablée d'or
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve OD-44 FOL, n° 19 (collection Gentil).
© Bibliothèque nationale de France
Le sujet de cette peinture, emprunté au répertoire chrétien, s'inspire certainement d'un modèle européen. Il paraît bien s'agir de l'illustration d'un texte apocryphe racontant les visions que le prophète Esdras aurait eu durant son exil. La gravure dont s'inspirait cette peinture se rapportait probablement à la troisième vision décrite dans le IVe livre d'Esdras, texte bien connu en Europe, mais aussi dans des versions orientales, arménienne notamment. Esdras (que l'inscription en persan nomme Idris) est en prière. Il voit un enfant tenu dans les bras d'une femme couronnée lui désigner l'image de Jésus crucifié. Derrière la femme, la ville que l'on aperçoit serait Jérusalem.
Si elle est authentique, la peinture n'a pas été exécutée à la cour d'Akbar ou de Jahanguir, mais à Ispahan par le persan Riza. Riza Abbasi fut actif des environs de 1600 à 1635 mais semble bien ne jamais être venu en Inde. Ainsi, cette peinture pose de multiples problèmes délicats à résoudre. Les peintures d'inspiration européenne sont, au début du XVIIe siècle, très fréquentes en Inde mais beaucoup plus rares en Iran. Cependant, les échanges culturels entre Ispahan et l'Inde sont extrêmement nombreux à l'époque et quantité d'Iraniens, lettrés ou hommes désireux de faire carrière, s'exilent définitivement ou pour un temps en Inde. Par la suite, c'est souvent par l'intermédiaire d'œuvres indiennes que l'Iran safavide prendra goût aux canons artistiques venus de l'Europe.
Quoi qu'il en soit, cette peinture peut évoquer le parallélisme entre l'évolution artistique de l'Inde et celle de l'Iran, les échanges entre les deux pays. Elle illustre la vogue des sujets chrétiens au début du XVIIe siècle, à l'époque où, en Inde, sont publiés en persan les ouvrages apologétiques du père jésuite Jérôme Xavier. (F.R.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander