Dromadaire
Album "Princes et Seigneurs Indiens"
École moghole, ou Deccan, vers 1650
130 x 154 mm (page entière : 327 x 260). Gouache sur papier. Cadre gris-bleu, marge rouge avec décor doré au centre duquel se trouve une fleur argentée. Au verso figurent deux peintures florales
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve OD-51-4, f. 13 (Collection Gentil)
© Bibliothèque nationale de France
Cette peinture, qui porte plusieurs traces de restaurations, est la reprise par un artiste indien d'un modèle iranien. On attribue au célèbre peintre persan Behzâd une peinture de dromadaire très voisine de celle-ci ; une autre, datée de 1557, est connue. Il est compréhensible que ce thème, fréquent dans la peinture iranienne du XVIe siècle, ait été repris en Inde au siècle suivant, à une époque notamment où les sujets animaliers étaient très goûtés.
Par ailleurs, si l'on excepte Tattah et la basse vallée de l'Indus, aucune région de l'Inde ne possédait un climat favorable à l'élevage du dromadaire. Comme ces animaux étaient très nécessaires et très utilisés pour le transport des marchandises et le service des armées, un grand nombre de ces quadrupèdes étaient importés des confins de la Perse et vendus au marché de Lahore. (F.R.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander