Chameau composite portant une musicienne
Album "Batailles et sujets historiques de l'Inde et de Perse"
École moghole provinciale, vers 1660
181 x 128 mm (page entière : 455 x 308). Encre sur papier, avec rehauts d'or, de rouge et de blanc. Cadres rouge et bleu foncé, marge sablée d'or
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve OD-44 FOL, n° 8 (Collection Gentil)
© Bibliothèque nationale de France
Cette fée musicienne, dans laquelle Gentil a vu une des Houris du Paradis, est traitée un peu différemment d'une autre fée, représentée dans la même position, qui faisait partie de la collection Polier et se trouve à Berlin. Parmi les personnages composant le chameau, plusieurs sont des musiciens. Ces représentations fantastiques appartiennent, semble-t-il, au départ, au répertoire iranien mais elles ont rencontré en Inde un grand succès. Elles ne semblent pas évoquer une scène précise. En Iran, durant la période gadjare (fin du XVIIIe-XIXe siècle) des peintres iraniens reprendront ce thème et certains rapprocheront cette image fantastique de l'épisode de la venue à Jérusalem de la reine de Saba. Il s'agirait plutôt du personnage d'Azadeh, héroïne d'un épisode des poèmes de Nezami ; le roi d'Iran Bahram Gur était épris de cette musicienne. (F.R.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander