Calligraphie en Shikasta
Recueil de modèles d'écriture en ta'liq indien
Par le nawab Murid Khan
Manuscrit de 50 feuillets ; 285 x 210 mm
Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Supplément persan 391, f. 17v-18 (Collection Polier)
© Bibliothèque nationale de France
L'album présenté ici a été calligraphié entre 1733 et 1739 à Azimabad (Patna) par le nawab Muhammad Sadiq Tabataba Na'ini, un Sayyid originaire d'Iran, dont la généalogie figure au f. 1, et qui était Amir dans l'empire moghol. Il a copié cet album, constitué de modèles de lettres calligraphiées et d'extraits de divers textes persans, entièrement en écriture Shikasta, c'est-à-dire "brisée", pour son fils, Mir Sayyid Shahmir Khan (comme il l'écrit d'ailleurs, f. 17v).
Chaque page est écrite sur un papier différent ; les marges sont également soignées. Ici, f. 17v-18, le calligraphe a utilisé de magnifiques papiers marbrés d'Inde du Nord-Est comme support pour calligraphier des notices concernant différents événements et personnages historiques (l'empereur Babur, etc.). L'écriture Shikasta fut cultivée avec grand bonheur en Inde au XVIIIe siècle. Elle est dérivée des écritures persanes de chancellerie.
La collection Polier, dont ce manuscrit faisait partie, a été constituée vers la même époque que celle de Gentil. Antoine Polier (1741-1795) paraît avoir acquis cet album en 1787, alors qu'il résidait à Lucknow. Il semble d'ailleurs avoir été en rapport avec le calligraphe lui-même. (F.R.)
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander