Hindola, "balançoire" en sanskrit (sous la peinture)
Recueil de peintures Radjpouth
Ecole moghole provinciale, rajpoute, fin du XVIIIe siècle ?
120 à 124 x 77 à 84 mm la feuille, chacune dans un encadrement (305 x 200 mm). Gouache sur papier ; 38 feuilles, dont 2 de garde.
Ragamala : album de 36 peintures orné de motifs floraux dorés (tranches bordées en papier saumon) assemblées en paravent ; les folios sont réunis dans le sens de la longueur. Reliure ornée de filets estampés à froid et d'une plaque centrale, d'écoinçons et de fleurons recouverts de papier doré estampé
Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Smith-Lesouëf 231, f. 14
© Bibliothèque nationale de France
Représenté ici sous les traits du dieu Krishna, un jeune homme est assis sur une balançoire entouré de femmes dont l'une joue de la bïn, l'autre du tambour (mrdanga en sanskrit).
La balançoire (hindola) évoque la fête de holi, parfois appelée "fête de la balançoire" (dolotsava) dans certaines régions de l'Inde, au cours de laquelle des images de Krishna et de sa parèdre Radha sont placées sous une balançoire.
Si l'usage de la balançoire est rituel, il forme aussi un passe-temps traditionnel pour les Indiens.
(G. C.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu