Quarante cartes à jouer ou gangifa mogholes
Style de Mihr Chand
Lucknow, vers 1770
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve KH-167 (boîte 24) / Réserve Musée 193. Legs Georges Marteau, 1916. Cat. RH n° 193 (1-40)
© Bibliothèque nationale de France
Il s'agit d'un jeu incomplet de 40 cartes peintes sur ivoire, au lieu des 96 nécessaires pour le jeu de cartes dit ganjifa, qui se compose de huit séries de douze cartes chacune. Traditionnellement, seules les deux premières cartes, mir (shah ou souverain) et vazir (vizir ou ministre) dites cartes de cour, sont illustrées. Les dix autres cartes, dites numériques, ne portent que le nombre de points. Ce jeu-ci est exceptionnel, car chaque carte donne lieu à une véritable miniature en réduction dans le plus pur style moghol du XVIIIe siècle. On y retrouve tout le charme et la poésie des écoles provinciales de Lucknow ou Faizabad, avec des compositions souvent identiques : beaucoup de rehauts d'or ou des micro-paysages qui rappellent le style de Mihr Chand et de son atelier. Chaque miniature est surmontée d'une arcade polylobée, ornée d'arabesques dorées, dont la couleur diffère pour chaque série : Couronnes, beige ; Lunes, bleu sombre ; Sabres, rouge carmin ; Esclaves, orange ; Harpes, vert ; Soleil, or et fleurs roses ; Diplômes, rouge ; Coussins, jaune. Le verso des cartes, à fond rouge et décor floral en arabesques dorées, est tout aussi soigné. Bien qu'incomplet, ce jeu est probablement l'un des plus raffinés qui soient parvenus en Occident.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu