Saulat Jang
Album "Dessins persans (miniatures de l'Inde et de Perse)"
Murshidabad, vers 1755
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, Réserve OD-42 PET FOL, f. 1 (Acquisition Techener, 1836). Cat. RH n° 195
© Bibliothèque nationale de France
Saulat Jang Sayyid Ahmad Khan, neveu d'Alivardi Khan nawab du Bengale, fume le huqqa, assis sur un gaddi composé de superbes coussins et d'un tapis brochés d'or et d'argent (oxydé) que Gentil appelle maussenand : « Maussenand est un tapis piqué ou brodé, de huit pieds de long sur six de large, sur lequel le prince s'assied adossé sur un grand oreiller rond et dur, à côté duquel sont deux petits oreillers durs pour s'appuyer les mains ou mettre sous ses genoux. Tout chef de maison, nabab, radjah, bourgeois, a droit et peut avoir un maussenand ; c'est le siège du maître de la maison, et c'est une marque d'égalité lorsque la personne que vous allez voir vous fait asseoir dessus, ou vous donne des petits oreillers ». Un serviteur se tient derrière lui avec un chauri en crin de cheval et un katar glissé dans sa ceinture. Au sol sont posés katar, livre et plumier, épée et bouclier et deux boîtes de feuilles de bétel en argent. Une balustrade en dentelle de grès rouge et des massifs de fleurs ferment la scène.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu