Burhan Nizam al-Mulk II d'Ahmadnagar
Deccan, Ahmadnagar, vers 1575
Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Supplément persan 1572, f. 26. Collection Hoseyn Abi Muhammad al-Tabataba ; acquis de la collection Schefer, 1899
© Bibliothèque nationale de France
Ce portrait est celui d'un souverain de la dynastie musulmane des Nizam Shahi d'Ahmadnagar, au nord du Deccan, fondée en 1490 et qui dura jusqu'en 1600, date à laquelle la capitale fut pillée par les Moghols avant que le royaume ne soit totalement intégré dans l'empire par Shah Jahan en 1637. En raison même de cette brièveté, les peintures de l'école d'Ahmadnagar sont peu nombreuses. La facture de cette délicate miniature sur fond or, à la manière d'une icône ou de quelque peinture primitive italienne, est d'une rareté insigne. Elle représente probablement Burhan al Mulk II, qui régna de 1591 à 1595 sur le royaume chiite d'Ahmadnagar. Assis sur un trône, il offre à un courtisan un objet en or ; un jeune page lui tend un pan, tandis qu'il est éventé par le porteur de sabre.

Au XVIe siècle, dans le Deccan, des dynasties musulmanes locales succédèrent au sultanat des Bahmanides, antérieur aux invasions mogholes. Ces royaumes d'Ahmadnagar, de Bijapur, de Golconde et plus tard d'Hyderabad, qui étaient en partie chiites, alors que les Moghols étaient sunnites, possédèrent leur style propre qui se distinguait de l'art moghol. L'apport indien provenait du dernier grand royaume hindou de Vijayanagara, tandis que les apports étrangers, plus cosmopolites, provenaient aussi bien d'Afrique, d'Arabie ou de Perse que d'Anatolie. L'influence moghole est certes perceptible, notamment dans l'art du portrait, mais on y discerne un goût prononcé pour le luxe, le goût des étoffes, de l'or et du décor. La palette des couleurs est étendue et les compositions, plus élaborées, sont souvent ponctuées de fleurs géantes.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander