Peintres sur tissu
Album de 69 illustrations des "Mœurs et usages des Indiens"
Par le brahmane Svami, peintre
Madras, 1780
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, OD-46(A)-4, f. 38. Acquis d'un libraire, 1784. Cat. RH n° 302-38
© Bibliothèque nationale de France
Deux hommes sont assis et peignent des motifs floraux sur tissus. Un autre, à gauche, trempe un tissu dans un grand chaudron placé sur un feu pour fixer les couleurs. Cet album s'inscrit dans la tradition de recueils consacrés aux métiers et aux castes qui furent exécutés en nombre vers la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles pour une clientèle européenne comme souvenir de voyage.

Lorsque les Européens, attirés par les richesses des Indes, y installent leurs premiers comptoirs commerciaux, ils découvrent de belles toiles en coton imprimées ou peintes : elles servent à faire des habits, des tapis, des tentures intérieures ou à orner les temples. Les Européens sont fascinés par ces toiles légères et gaies, dont les couleurs résistent au lavage et ne déteignent pas. Mais à cette époque, seuls les artisans indiens savent les fabriquer. Les Européens achètent d'abord des indiennes pour les échanger en Asie contre des épices, avant d'en importer massivement en Europe pour les vendre. À partir du XVIIe siècle, ils les utilisent comme couvre-lits ou comme tentures murales. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'ils les utilisent dans la confection de vêtements légers, très agréables à porter. Les indiennes font alors fureur, si bien que les fabricants de soie français, notamment à Lyon, s'alarment devant cette concurrence. Devant leurs récriminations, le roi prohibe en 1686 l'importation et la fabrication des indiennes. Il n'en faut pas plus pour susciter la contrebande. Cependant, en 1746, une première manufacture de toiles en coton imprimé est créée à Mulhouse et l'interdiction pesant sur les indiennes est levé treize ans plus tard. Désormais, les indiennes pourront être fabriquées librement en Europe. Le secret est percé.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu