Charmeurs de serpents
Album de 52 "Costumes de l'Inde"
Tanjore, vers 1795-1800
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, OD-40(C) PET FOL, f. 36. Don Alexis Hubert Rouart, 1903. Cat. RH n° 307-36
© Bibliothèque nationale de France
Coiffé du large turban du sud, l'homme danse, tout en jouant d'une flûte creusée dans une cucurbitacée et charme un cobra qui sort d'un panier. La femme, en sari blanc bordé de rouge, avec un panier d'osier à serpent sur la tête et un autre sous le bras gauche, tient un cobra dans ses mains. Sonnerat écrit : « Le Magoudi est composé d'une calebasse, au bout de laquelle sont adaptés deux roseaux joints ensemble. Les Charlatans qui font danser les couleuvres, les charment par un certain air, & font sortir toutes celles qui sont dans les maisons. Ils les prennent avec la main, les mettent dans un panier, & le lendemain elles sont apprivoisées. »

Exécutées par un moochy (basse caste des travailleurs du cuir, mais aussi des peintres), ces images sont probablement de la même main ou proviennent du même atelier. Elles représentent des Indiens du sud de la péninsule, le plus souvent des couples dans leurs occupations. Œuvres documentaires, elles reflètent la civilisation comme le quotidien de l'Inde. Produites dès la fin du XVIIIe siècle pour les résidents français et anglais, ces images se détachaient à l'origine sur fond uni. Au tournant du siècle, elles adoptèrent un décor standard composé d'un ciel bleu zébré verticalement par de larges nuages gris bordés de blanc et de bosquets à la touche impressionniste, surmontés de fins palmiers. Au sol, de couleur jaune, se dessinent les ombres des figures en forme de C aplatis. Bien qu'assez raides, tous les personnages sont peints avec finesse. Le dessin des étoffes est raffiné : certains costumes sont appliqués de feuilles d'or frottées à l'agate, puis minutieusement piquées à l'aiguille pour donner l'illusion du relief.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu