Kannappa offre son œil à Shiva
"Divinités indiennes", deux albums de 195 illustrations
Sud de l'Andhra Pradesh (au nord de Madras), limitrophe du Karnataka, vers 1720-1730
Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, OD-40 PET FOL - Cat. RH 293a(23)
© Bibliothèque nationale de France
Dans le temple de Kalahastishvara, dans l'Andhra Pradesh, on célèbre le chasseur Kannappa, dévot de Shiva qui est l'un des 63 saints shivaïtes populaires (nayanmar).
Le Periya Purana (ou grand purana), texte tamil du XIIe siècle, raconte l'histoire suivante : Les 63 nayanmars étaient des fidèles, dévots extrêmes de Shiva : Tinnan (le solide) appartenait à la caste des bergers mais il était chasseur. Très jeune, il était chef de son clan et allait à la chasse dans les forêts denses avec les membres de son clan. Un jour, alors qu'ils chassaient un sanglier, ils arrivèrent jusqu'à la montagne sacrée de Kalhatti, où se trouvait un temple de Shiva. Ils décidèrent alors d'aller prier. Tinnan, le chef, sentit une force miraculeuse lorsqu'il s'approcha de l'image de Shiva. A la vue du linga, épris de l'amour divin, il se jeta sur lui et l'embrassa en versant des larmes de joie. Par la suite, naïvement, il s'inquiéta : "Comment se fait-il que Dieu vit seul ici, dans cette forêt au milieu des animaux sauvages, sans nourritures ?". Il partit alors chercher de la viande de sanglier que ses serviteurs étaient en train de préparer et, sur le chemin du retour, il remplit sa bouche de l'eau fraîche de la rivière et ramassa quelques fleurs sauvages. Ainsi, il fit ses offrandes au linga avec l'eau de sa bouche, les fleurs sauvages et des morceaux de la viande de sanglier soigneusement choisis, qu'il mâcha afin de l'attendrir. Un jour, Tinnan découvrit que du sang coulait de l'œil droit du linga. Il essaya par tous les moyens possibles de l'arrêter mais, n'ayant pas réussi, il décida de remplacer l'œil du linga par son propre œil et c'est ce qu'il fit. Peu de temps après il constata que le sang coulait de l'œil gauche du linga. Il plaça alors une jambe sur l'œil gauche du linga afin de se repérer et sortit son couteau pour enlever son œil gauche. A ce moment, une main sacrée sortit du linga, l'arrêta, le bénit en disant : "Mon fils adoré, tu auras toujours une place à ma droite", et le baptisa Kann-Appan, le dévot qui offrît son œil. C'est sous ce nom qu'il est vénéré depuis.
Cette légende semble être une tentative de réconciliation à destination des fidèles orthodoxes de Shiva qui le vénéraient selon les rites védiques et considéraient comme impurs la viande et tout objet mis dans la bouche. La morale de cette légende ressemble à celle du Ramayana, quand Shabri, une indigène de la forêt, offre à Rama des prunes qu'elle a goûtées au préalable, et nous apprend que seule la dévotion pure compte et non pas les manières. (S. J.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu