Le dévot et la mangouste
Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna
Égypte ou Syrie (?), milieu du XIVe siècle.
Papier, 119 f., 30 × 23 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 3467, f. 88
© Bibliothèque nationale de France
En l’absence du dévot, un serpent se dirigea vers le berceau de son fils pour le piquer. Une mangouste dont l’homme s’était pris d’amitié, tua le serpent et sauva l’enfant. Quand le maître revint, elle se précipita vers lui, couverte de sang. Croyant qu’il s’agissait du sang de son fils et sans s’informer de ce qui s’était réellement passé, il tua la mangouste d’un coup de bâton. Quand il entra chez lui et vit son enfant sain et sauf et le serpent coupé en morceaux, il comprit sa méprise et regretta son geste.
La scène prend place dans une pièce dessinée par une large arcade. À gauche, on voit le berceau monté sur des pieds dans lequel l’enfant, emmailloté, est maintenu. Le serpent, en morceaux est devant le lit. Debout, au milieu se trouve le dévot. Il tient un bâton à la main droite avec lequel, comme on le devine, il vient de tuer la mangouste qui gît à ses pieds le ventre en l’air.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu