Shedram, Iraht et Iblad
Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna
Égypte ou Syrie (?), milieu du XIVe siècle.
Papier, 119 f., 30 × 23 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 3467, f. 98 v°
© Bibliothèque nationale de France
Cette longue parabole conseille aux princes de prendre garde aux décisions trop hâtives et de ne suivre que les conseils avisés. Durant son sommeil, le roi de l’Inde Shedram fit huit rêves et au matin, il demanda aux brahmanes d’en faire l’interprétation. Ceux-ci conçurent secrètement un plan pour se débarrasser des proches du roi, sa femme Iraht et son fidèle conseiller Iblad. Ceux-ci réussirent à déjouer les machinations des brahmanes. Quelque temps plus tard, le roi conçut une grande colère contre son épouse et demanda à Iblad de s’en débarrasser. Ce dernier fit semblant d’exécuter l’ordre et attendit que le roi, un fois sa colère passée, regrette amèrement d’avoir fait tuer sa femme. Iblad lui ramena alors son épouse et le roi l’en remercia.
La scène de retrouvailles se passe lors du dénouement de l’histoire. Le roi, qui depuis des jours déplore sa décision, vient d’apprendre que son épouse est toujours vivante. Il est assis sur son trône. Debout à ses cotés, son conseiller Iblad, le visage tourné vers lui, désigne d’un geste des mains, la reine à sa droite. La jeune femme porte la couronne royale et aucun voile ne couvre ses cheveux noirs. Elle est vêtue d’une robe mauve à larges manches, recouvert d’un manteau court décoré de larges motifs dorés. Les motifs strictement géométriques, basés sur des hexagones, qui ornent le trône et la robe de la femme, sont semblables à ceux qu’on trouve dans les frontispices ou dans les arts du bois et du cuir. Les gestes des trois personnages rendent cette scène très vivante.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu