L’ermite et l’orfèvre
Ibn al-Muqaffa’, Kalila wa Dimna
Égypte ou Syrie (?), milieu du XIVe siècle.
Papier, 119 f., 30 × 23 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 3467, f. 112 v°
© Bibliothèque nationale de France
Des gens ayant creusé une fosse pour prendre des bêtes, il y tomba un orfèvre, un léopard, un serpent et un singe. Un ermite qui passait par là, leur lança une corde et les sauva. Les animaux lui conseillèrent de se défier de l’homme qui est la plus ingrate des créatures. Alors que les animaux le remerciaient avec des présents pour sa bonne action, l’orfèvre accusa faussement l’ermite de meurtre. Mais la vérité éclatant au grand jour, l’orfèvre fut sévèrement puni.
La peinture illustre le début de l’histoire. La fosse est représentée comme une caverne au milieu des rochers en coupe. Au milieu, l’orfèvre accroupi est en train d’attraper la corde que l’ermite, penché au-dessus de lui, a tendue. Il est reconnaissable à son manteau à capuchon. De chaque coté de lui, se tiennent les autres protagonistes : le léopard au pelage tacheté, le singe à la longue queue debout, enfin à ses pieds le serpent peint en rose. L’absence de perspective met tous les personnages sur le même plan, comme suspendus sur les rochers.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu