Pages-tapis
Coran
Espagne, (Grenade ?), 1304.
Parchemin, 132 f., 17,5 × 16,7 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 385, f. 1v-2
© Bibliothèque nationale de France
Le coran s’ouvre et se clôt sur deux doubles pages enluminées, que l'on appelle "pages-tapis". La même composition géométrique s'y développe autour d’une étoile centrale à huit branches. À chacune des deux pages, le fond d'arabesques varie légèrement. Sur un entrelacs, se détachent quatre étoiles à huit branches formées par des filets blancs en réserve bordés de bleu dont on peut imaginer le prolongement au-delà des quatre côtés du carré. Deux motifs circulaires prolongent le décor dans les marges : leurs formes végétales rappellent les palmettes des corans anciens.
Le polygone étoilé est l'un des motifs que l'on retrouve à la même époque dans le travail du cuir et du bois au Maghreb et au Proche-Orient.
L'art du livre en Islam s'exprime avec la plus grande perfection à travers la calligraphie, l'enluminure et la reliure des corans. Ceux-ci ne comportent jamais de peintures figuratives, le décor est ici d'inspiration uniquement géométrique et végétale. Les pages tapis qui ne comprennent aucune inscription apparaissent dans les corans de format oblong du IXe et Xe siècle, probablement afin de bien marquer la limite entre le texte coranique et tout ce qui l'entoure et l'accompagne.
 
 

> partager
 
 

> l'ouvrage sur Gallica
> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu