Sourates XXV, La Loi, 56-77 à XXVI, Les Poètes, 1-52
Coran
Espagne, (Grenade ?), 1304.
Parchemin, 132 f., 17,5 × 16,7 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 385, f. 77v-78
© Bibliothèque nationale de France
Les pages de ce coran ne comprennent ni alinéas ni paragraphes, comme c'est souvent le cas dans les manuscrits arabes. Elles sont rythmées par la couleur des décors et le jeu de la calligraphie. Le copiste s'attache à ce que toutes les lignes aient une longueur égale, et pour cela étire plus ou moins les traits horizontaux des lettres qui en possèdent. Les derniers mots des sourates qui ne remplissent pas une ligne complète sont écrits à l'encre noire au centre d'une ligne dont le titre doré de la sourate suivante occupe l'espace laissé de part et d'autre. On retrouve cette disposition dans des corans copiés à la fin du XIIe siècle à Valence ou encore au début du XIIIe à Séville.
La sourate XXVI, Les Poètes, a ici un autre nom qui renvoie à Ta', la première lettre qu'elle contient. Les titres des sourates, qui ne font pas partie du texte coranique, connaissent des variantes. Ils peuvent avoir été attribués à cause d'un thème principal, de l'utilisation d'un terme rare, ou encore représenter les premiers mots de la sourate.
Tout au long de la sourate XXVI, il est question des Prophètes qui furent traités de menteurs par leurs contemporains. Ils sont différenciés des Poètes, qui ne sont évoqués qu'à la fin de la sourate, aux versets 224-228 : « Quant aux Poètes : ils sont suivis par ceux qui s'égarent. Ne les vois tu pas ? Ils divaguent dans chaque vallée ; ils disent ce qu'ils ne font pas à l'exception de ceux qui croient, qui accomplissent des œuvres bonnes, qui invoquent souvent le nom de Dieu et qui se défendent lorsqu'ils sont attaqués injustement. – Les injustes connaîtront bientôt le destin vers lequel ils se tournent. »
De nombreux théologiens ont insisté sur l'inimitabilité du coran, qui malgré son caractère littéraire et les rimes et assonances qu'il contient, est placé en dehors du champ de la poésie.
 
 

> partager
 
 

> l'ouvrage sur Gallica
> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu