Sourates LXXX, Il s'est refrogné, 1-42 à LXXXIV, La Déchirure, 1-13
Coran
Espagne, (Grenade ?), 1304.
Parchemin, 132 f., 17,5 × 16,7 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 385, f. 124v-125
© Bibliothèque nationale de France
LXXXI, Le Décrochement : « Lorsque le soleil sera décroché et les étoiles obscurcies ; lorsque les montagnes se mettront en marche ; lorsque les chamelles près de mettre bas seront négligées ; lorsque les bêtes sauvages seront rassemblées ; lorsque les mers seront en ébullition ; lorsque les âmes seront réparties par groupes ; lorsqu'on demandera à la fille enterrée vivante pour quel crime elle a été tuée ; lorsque les pages des livres seront déployées ; lorsque le ciel sera déplacé ; lorsque la Fournaise sera attisée et le Paradis rapproché : toute âme saura ce qu'elle devra présenter. »

Les sourates diminuant en longueur vers la fin du volume, quatre titres figurent sur cette double page. Les séparateurs de groupes de dix versets ne contiennent pas le mot 'ashr, comme au début du volume, mais un seul point central. Ils varient dans leur taille et leur composition. L'un d'eux est entièrement à l'extérieur de la surface écrite. L'exception ici est la règle en Orient à la même époque : les groupes de versets sont indiqués en marge et les séparateurs sont au-dessus de la ligne d'écriture qu'ils ne brisent pas.
Les commentateurs, qu'ils soient ou non musulmans, se sont beaucoup attachés à l'établissement de la chronologie des versets et des sourates, sans y parvenir complètement. Tous s'accordent cependant à considérer que les sourates les plus courtes correspondent à la période mecquoise de la révélation. Ce sont les plus poétiques dans leur style.
 
 

> partager
 
 

> l'ouvrage sur Gallica
> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu