Séance 39 : L'île mystérieuse dans laquelle les marins sont contraints d'aborder
Muhammad al-Qâsim al-Harîrî, al-Maqâmât (Séances)
Miniatures et calligraphie de Yahya ibn Mahmûd al-Wâsitî, Iraq, 1237.
Papier, 167 f., 37 x 28 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 5847, f. 121
© Bibliothèque nationale de France
La peinture représente l'île mystérieuse dans laquelle les marins sont contraints d'aborder. Au premier plan, l'océan peuplé de quatre gros poissons délimite le territoire de l'île. On aperçoit à gauche la proue du navire à la coque cousue qui s'avance derrière l'île. Un marin indien penché en avant, surveille l'avancée du bateau et s'apprête à jeter l'ancre encore accrochée à l'étrave. Trois arbres stylisés grouillant de vie occupent toute la surface de l'île. Parmi les épais feuillages, on distingue quatre singes qui grimpent agilement au milieu des branchages. Un perroquet vert est assis à l'assise d'un tronc. Un bel oiseau au long cou, grue ou héron, niche dans l'arbre central. Dans celui d'à coté, aux longues feuilles et aux fruits jaunes sont juchés deux grands oiseaux, l'un huppé au large bec rouge et à la longue queue l'autre bleu. En bas se tiennent deux créatures extraordinaires. L'une est une sirène, à tête féminine sur un corps d'oiseau, l'autre une sphynge, créature pourvue d'ailes au visage de femme couronné et au corps de quadrupède. Comme dans les récits de voyage qui circulaient à l'époque, l'île est peuplée de créatures exotiques mais aussi d'un bestiaire fabuleux venus de mythologies plus anciennes.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu