Un des plus grands corans coufiques
Feuillet d’un coran. Sourates LXIX, 42-51 et LXX, 1
Proche-Orient, VIIIe siècle.
Parchemin, 55 × 62 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 324, f. 32
© Bibliothèque nationale de France
Probablement copié sous les premiers Abbassides, ce coran, l’un des plus grands conservés, était utilisé pour la lecture dans les mosquées. L’écriture, grasse et légèrement penchée, ne possède pas encore les points diacritiques et les signes de vocalisation. Prolongé de chaque côté par une palmette composite, un bandeau orné de petits cercles remplis de carrés rouges et verts indique la séparation entre deux sourates. Son originalité réside en une rangée de petites arcades destinées à combler le vide de la ligne précédente. Ces motifs architecturaux, dont on connaît d’autres exemples, disparaîtront très vite du décor des corans au profit de motifs purement non figuratifs.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander