Cautérisation d’une verrue
Sharaf al-Dîn ibn ‘Alî ibn al-Hajj Ilyas, Jerrâhiye-i Ilkhaniye (Chirurgie des Ilkhans)
Amasya ? (Turquie), 1466.
Papier, 206 f., 26,5 × 18 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 693, f. 49 v°-50
© Bibliothèque nationale de France
Offert au sultan ottoman Mehmed II en 1466, ce manuscrit autographe de Sharaf al-Dîn contient la traduction en turc de la Chirurgie d’al-Zahrâwî, destinée aux médecins qui ne comprenaient pas l’arabe. Surnommé Sabûnju Oghlu, l’auteur (1404-1468), qui occupa pendant quatorze ans le poste de chirurgien à l’hôpital d’Amasya, en Anatolie, a joui de son vivant d’une grande renommée. Reprenant en grande partie al-Zahrâwî, qu’il complète par des chapitres sur la circoncision, les maladies de peau et la préparation des médicaments, Sabûnju Oghlu innove cependant en ajoutant aux dessins d’instruments des scènes d’interventions chirurgicales, qui constituent un témoignage précieux des gestes médicaux effectués.
Ici, un médecin à la barbe blanche, sans doute l’auteur, est en train de cautériser la verrue d’un patient. Déjà utilisé par les Grecs et les Romains, le fer-chaud était préféré à la chirurgie.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander