Le cheikh de Sana‘ân et la belle chrétienne
Mir ‘Ali Shir Navâ’î, Kolliyât (Recueil de toutes les œuvres)
Herât (Afghanistan), 1526-1527.
Papier, 469 f., 38 × 26,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 316, f. 169
© Bibliothèque nationale de France
Dans la ville de Herât, sous les Timourides, s’opère une symbiose turco-persane, dont le ministre et grand poète Mir ‘Ali Shir Navâ‘î est emblématique. Maîtrisant parfaitement les deux langues, il s’attacha néanmoins à démontrer la supériorité du turc sur le persan. Copié longtemps après sa mort, cet impressionnant recueil en turc oriental – qui comptait à l’origine 864 feuillets – est constitué d’adaptations d’œuvres persanes célèbres. La beauté du manuscrit, réalisé à Herât en 1526-1527, témoigne de l’éclat que connaissait encore la ville malgré l’exode des artistes – à Samarkand et Boukhara – après sa conquête par les Ouzbeks puis les Safavides. La peinture du folio 169 illustre l’histoire du vieux cheikh de Sana‘ân et de la belle chrétienne contenue dans le Lesân al-Teyr (Le Langage des oiseaux), imitation du fameux poème mystique persan de ‘Attâr. Elle montre le vieillard et d’autres hommes regroupés devant le balcon où se trouvent la jeune beauté et ses suivantes. L’influence du grand peintre Behzâd (v. 1460-v. 1535) se révèle dans le naturel des attitudes et le souci d’individualiser chaque visage.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander