Abraham dans le brasier
Fozûli, Hadîqat al-su’adâ’ (Jardin des bienheureux)
Bagdad (Iraq) ?, fin du XVIe siècle.
Papier, 276 f., 27 × 16,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 1088, f. 17
© Bibliothèque nationale de France
Écrit par le poète soufi Fozûli, le livre, traitant de la vie des martyrs, débute par les épreuves qu’affrontent les premiers prophètes. Sans date ni lieu de copie, le manuscrit peut cependant être attribué à l’école de peinture de Bagdad de la fin du XVIe siècle, à l’époque de la brève souveraineté ottomane. Inspirée de légendes juives, la miniature évoque l’épreuve du feu à laquelle le roi païen Nemrod soumit le jeune Abraham. Les flammes étaient si violentes que le prophète y fut propulsé par une catapulte. Sur l’ordre divin, le brasier s’apaisa, une source jaillit et des fleurs s’épanouirent. Conversant avec un ange, le jeune homme, la tête ceinte du halo des prophètes, porte un manteau ottoman de fourrure blanche, pour signifier la fraîcheur qui règne à l’intérieur du feu. Ses ennemis, les infidèles, hommes et femmes habillés en costumes européens, sont conduits par Satan, à la peau sombre et à la longue barbe, vêtu d’une ample robe noire à la manière des prêtres orthodoxes. La représentation en Européens des ennemis païens du Prophète est une particularité de cette école de peinture.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu