Les noms de Dieu magnifiés par l'écriture
Album de calligraphie, al-asmâ' al-husnâ' (Les plus beaux noms)
Turquie, XVIIe siècle ?.
Papier, 13 f., 25,5 x 17 cm
BnF, département des Manuscrits, arabe 6081, f. 11v -12
© Bibliothèque nationale de France
L'art de l'écriture ne s'exerça pas seulement dans la copie des livres. Des albums de pièces calligraphiées, les muraqqa', connurent un grand succès en Turquie, en Iran et en Inde. Ils rassemblaient des œuvres choisies, signées par des maîtres différents ou des morceaux spécialement créés pour la circonstance. Les pièces calligraphiées rectangulaires, collées au centre d'un support en carton aux marges décorées, étaient rattachées les unes aux autres en accordéon par un mince ruban et reliées entre deux couvertures rigides.
Dans un cadre vert ou orangé moucheté d'or, se détachent en caractères thuluth quelques-uns des noms de Dieu. Un hadith rapporte en effet que Dieu possède quatre-vingt-dix-neuf noms ou cent moins un et que celui qui les retient entre au paradis. La récitation de ces noms, à l'aide d'un chapelet, devint l'une des dévotions les plus répandues de la piété musulmane. Les treize premiers noms par lesquels débute l'album se réfèrent à l'énumération coranique ; parmi les plus connus figure Allah, nom propre de Dieu, puis al-rahmân, le Miséricordieux, et al-rahîm, le Compatissant. On peut lire ci-contre les noms suivants : al-bâ'ith, le Revivificateur, celui qui fera revivre chaque créature au jour de la Résurrection ; al-shâhid, le Témoin ; al-wakîl, le Gérant, celui qui prend en charge tous les besoins des créatures ; al-qawî, le Fort.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander