Jeune roi jouant avec des colombes sur la terrasse d'un palais
Helâli, Le roi et le derviche (Châh va darvich)
Tabriz (Iran), vers 1540-1545.
Papier, 39 f., 20,5 x 13,5 cm. Reliure ottomane cartonnée moderne.
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 1519, f. 19
© Bibliothèque nationale de France
Le poème Le roi et le derviche ou Le Roi pauvre de Helâli évoque l'amitié passionnée d'un jeune derviche – pauvre et vivant dans le détachement – et d'un jeune roi. Il comporte de nombreux épisodes emprunts d'une grande délicatesse (par exemple, un débat entre l'arc et la flèche). Ce manuscrit n'est pas daté. Outre un sarlowh initial enluminé (f. 1 v°), où est inscrit le titre, on y trouve cinq peintures qui semblent pouvoir être localisées à Tabriz et datées des années 1540-1545. Sans sortir de l'atelier royal safavide, elles sont néanmoins de facture soignée. La troisième d'entre elles (reproduite ci-dessus) montre le derviche observant le jeune roi qui se trouve sur la terrasse d'un palais au milieu des colombes avec lesquelles il joue. L'aspect dépouillé et la naïve simplicité de cette petite peinture lui confèrent une agréable fraîcheur.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu