Bahrâm Gûr et la princesse persane
Nezâmi, Khamseh (Cinq poèmes)
[Ispahan], Iran, 1650.
Papier, 311 f., 33 x 20 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 1111, p. 197
© Bibliothèque nationale de France
Cette copie des Cinq poèmes de Nezâmi a été réalisée par le calligraphe Mohammad Dja'far b. 'Enâyat-ôlla Kâteb Chirâzi qui était probablement au service de la cour safavide. Déjà actif vers 1639, le copiste l'était toujours en 1663, très vraisemblablement à Ispahan. C'est en effet à l'école d'Ispahan ou à une école provinciale apparentée que se rattache le style des 26 peintures de ce Khamseh. Chaque poème débute dans une double page enluminée, où un sarlowh de frontispice porte le titre, entouré de marges à décor de volutes florales en or et en couleurs.
La peinture du folio 197, l'une de celles qui illustrent les Sept portraits, représente Bahrâm Gûr qui passe chaque jour de la semaine dans un pavillon différent avec une princesse différente. Il est ici le vendredi, dans le pavillon à coupole blanche en compagnie de la princesse persane qui lui tend une coupe et s'apprête à lui raconter une histoire. Servantes et musiciennes d'activent autour d'eux.
On peut considérer qu'il s'agit ici d'un art semi-populaire, même si cette peinture est très caractéristique du style d'Ispahan du XVIIe siècle. Un grand nombre de manuscrits ont été réalisés et illustrés à cette époque dans la capitale persane. Palette de couleurs, dessin et iconographie sont originaux même si l'influence des grands artistes de la cour se fait sentir sur certains points.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander