Le mariage de Zâl et de Roudâbeh
Ferdowsi, Shâhnâmeh (Le Livre des rois), [suivi de] Jâmi, Kheradnâme-ye (Livre de sagesse d’Alexandre), Qâsemi Gonâbâdi, Shâhenshâh-nameh (Livre du roi des rois), Hâtefi, Temûr-nâmeh (Le Livre de Tamerlan)
Chirâz, 1567.
Papier, 567 f., 43 × 28,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 2113, f. 72v-73
© Bibliothèque nationale de France
Zâl, issu d'une noble famille iranienne qui gouvernait le Sistân, voyageant dans l'empire, se rend dans la ville de Kaboul. La renommée de Roudâbeh, fille du roi du pays, est telle qu'il en tombe amoureux sans l'avoir jamais rencontrée. De même, la jeune fille s'éprend de Zâl après avoir entendu parler de sa vertu et de sa bravoure. Des servantes organisent alors une rencontre secrète où la belle dénoue ses longs cheveux pour permettre à Zâl de monter dans sa chambre. Mais c'est avec une corde suspendue qu'il parvient à escalader le mur du palais pour la retrouver. Comme le père de Roudâbeh descendait d'un ancien tyran, celui de Zâl et le roi d'Iran s'opposèrent au mariage des deux jeunes gens, mais Zâl finit par vaincre leur résistance et les noces purent être célébrées.
La peinture est partagée verticalement en deux parties. À gauche, à l'intérieur du palais, se trouvent les deux époux assis sur une estrade. La jeune femme tient une carafe à long col tandis que son mari porte une coupe de vin à ses lèvres. Des fresques ornées de feuillages bleus ornent le mur derrière eux, où, plus haut s'ouvrent trois fenêtres. Penchées sur leurs rebords, des jeunes filles observent la scène avec intérêt. Au premier plan deux jeunes filles dansent au son d'une harpe et d'un tambourin. Dans la partie droite de l'image, dans une cour carrelée ouverte sur un petit bassin, se pressent les serviteurs qui apportent carafes de vin et plats de grenades. Au second plan, se tient un groupe de gardes, armés de sabres pour la plupart ; un seul d'entre eux porte un arc et ses flèches. Le regard s'attarde sur un jardin aux portes grandes ouvertes :: le long d'un ruisseau, de grands cyprès autour desquels s'enroulent des arbres en fleur symbolisent l'embrasement des amants.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu