Les lamentations de Farangis
Ferdowsi, Shâhnâmeh (Le Livre des rois), [suivi de] Jâmi, Kheradnâme-ye (Livre de sagesse d’Alexandre), Qâsemi Gonâbâdi, Shâhenshâh-nameh (Livre du roi des rois), Hâtefi, Temûr-nâmeh (Le Livre de Tamerlan)
Chirâz, 1567.
Papier, 567 f., 43 × 28,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 2113, f. 138v-139
© Bibliothèque nationale de France
Farangis est l'une des filles d'Afrâsiyâb, roi de Tourân qui a épousé Siyavash, roi d'Iran. Elle est la mère du futur roi Kay Khusrow. Bien qu'originaire de Tourân, elle a adopté la cause iranienne. Après le meurtre de son époux, elle prend le deuil durant un an. Les dignitaires de la cour de Kay Ka'ous, tentant de la consoler, lui proposent d'épouser son beau-frère Fariborz qui promet de venger le meurtre de son frère.
La scène se déroule dans les appartements de la jeune femme. Elle est au centre de la peinture, à terre, les vêtements en désordre, ses longs cheveux noirs dénoués et les bras levés en signe de deuil. Tout autour, ses suivantes qui s'empressent auprès d'elle, font elles aussi de grands gestes du bras pour montrer leur affliction. Certaines portent un mouchoir à leurs yeux ou le froissent dans leurs mains. Leurs cheveux sont cachés sous de légers voiles courts et elles portent sur leurs robes des caftans aux motifs dorés. Au fond de la pièce, s'ouvrent trois fenêtres sur un jardin fleuri. Les rideaux, qui ont été écartés, laissent entrevoir, à l'intérieur de chaque embrasure, un homme qui observe la scène. À droite, le roi, reconnaissable à sa couronne d'or, porte à sa bouche "l'index de la stupeur". Au centre, un jeune homme imberbe est tourné vers le personnage de gauche, qui arbore un turban enroulé autour d'un bâton rouge caractéristique des coiffures sous les Safavides. Le mouvement de leurs mains atteste qu'ils sont en pleine conversation.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu