Isfandiyâr se baignant
Ferdowsi, Shâhnâmeh (Le Livre des rois), [suivi de] Jâmi, Kheradnâme-ye (Livre de sagesse d’Alexandre), Qâsemi Gonâbâdi, Shâhenshâh-nameh (Livre du roi des rois), Hâtefi, Temûr-nâmeh (Le Livre de Tamerlan)
Chirâz, 1567.
Papier, 567 f., 43 × 28,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 2113, f. 313v-314
© Bibliothèque nationale de France
Isfandiyâr est le fils de Gohshtasp, roi d'Iran, avec lequel il entretient des relations difficiles. À sa suite, il a accepté le zoroastrisme comme nouvelle religion. Un antagonisme violent se développe entre Rustam et lui, et son père impose qu'il lui livre Rustam enchaîné comme condition de son accès au trône. Il doit également accomplir sept épreuves. Au cours de la deuxième, il affronte plusieurs lions et, l'épreuve terminée, il va se baigner dans la source de l'invincibilité. Ce bain rend son corps indestructible, à l'exception de ses yeux qu'il a gardé fermés dans l'eau.
La peinture représente cette scène du bain. Deux lions gisent sur le rivage, l'un, étalé sur le ventre, les pattes écartées, l'autre, la tête décapitée. Dans un paysage de douces collines, une rivière gris argenté où nagent nombreux poissons s'écoule au milieu des rochers. Isfandyar est à demi immergé. Un jeune garçon garde son cheval tandis que ses vêtements, ses bottes et son casque sont posés un peu plus loin sur la berge. À l'arrière plan, des hommes au turban blanc, alignés, l'observent. À droite, plusieurs hommes à cheval font de même.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu