Rustam pris au piège
Ferdowsi, Shâhnâmeh (Le Livre des rois), [suivi de] Jâmi, Kheradnâme-ye (Livre de sagesse d’Alexandre), Qâsemi Gonâbâdi, Shâhenshâh-nameh (Livre du roi des rois), Hâtefi, Temûr-nâmeh (Le Livre de Tamerlan)
Chirâz, 1567.
Papier, 567 f., 43 × 28,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 2113, f. 341v-342
© Bibliothèque nationale de France
Le père de Rustam a un autre fils nommé Cheghad. À sa naissance, on lui a prédit que le malheur arriverait avec lui. Vivant à la cour du roi de Kaboul dont il a épousé la fille, Cheghad projette de se débarrasser de son frère dont il a toujours été jaloux et contre qui il dresse leur propre père. Conduisant Rustam à la chasse, les deux hommes l'entraînent dans un piège qu'ils ont tendu : une fosse hérissée de javelots et d'épées empoisonnées. Rakhsh, le cheval de Rustam, flairant le danger, refuse de sauter mais son maître le force et les deux tombent alors dans la fosse. Comprenant l'infamie de son frère, Rustam, mourant, parvient à décocher une flèche et le tue.
La composition de la miniature guide ici le regard du spectateur. Une diagonale qui traverse la page en partant du coin gauche en bas nous montre Rustam prisonnier dans la fosse noire, pointer son arc vers l'arbre derrière lequel se cache son frère félon. L'arbre, énorme, semble surgir du creux des rochers dans un fond soudain gris qui s'oppose au bleu du ciel et au beige des collines. Un arbre aux branches sèches symbolise la mort. Tout autour, des soldats suivent des yeux la scène dramatique. Dans la fosse représentée par un large cercle noir, Rustam, prisonnier des lances, se dresse dans un dernier effort alors que son fidèle cheval Rakhsh, les pattes brisées, son long cou ployé, rend son dernier soupir.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu