Bahrâm Gûr V terrassant les deux lions
Ferdowsi, Shâhnâmeh (Le Livre des rois), [suivi de] Jâmi, Kheradnâme-ye (Livre de sagesse d’Alexandre), Qâsemi Gonâbâdi, Shâhenshâh-nameh (Livre du roi des rois), Hâtefi, Temûr-nâmeh (Le Livre de Tamerlan)
Chirâz, 1567.
Papier, 567 f., 43 × 28,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 2113, f. 401v-402
© Bibliothèque nationale de France
Le jeune prince Bahrâm est envoyé par son père Yazdagird, souverain d'Iran, à la cour des princes arabes afin de parfaire son éducation. À la mort de son père, les nobles iraniens refusent de le reconnaître comme roi et c'est l'un d'entre eux, Khusraw, lui aussi d'origine royale, qui est proclamé roi. Bahrâm, à la tête de ses troupes, envahit alors l'Iran et propose une épreuve pour décider de la succession royale : celui qui attrapera la couronne placée sur le trône gardé par deux lions deviendra le souverain légitime. Vu son grand âge, Khusraw s'y refuse et Bahrâm tue les deux fauves. S'asseyant sur le trône, il pose la couronne sur sa tête et est reconnu comme le souverain légitime.
La composition symétrique de la page facilite largement la compréhension. L'objet de convoitise, le trône vide, occupe la partie centrale. Sa forme hexagonale est signe de souveraineté. Sur le siège est posée la couronne, près d'un coussin. Derrière, dans un parfait demi-cercle, se tient l'assistance qui attend le dénouement. Aux turbans blancs parfaitement alignés, répondent les épées accrochées en travers des corps. La diversité des positions corporelles, les visages de face ou de profil, rompent la monotonie de la ligne. Juste devant, plusieurs personnages sont aux premières loges. Au premier plan enfin, Bahrâm Gûr, qui vient de maîtriser le premier lion gisant ensanglanté à droite, assène un coup de massue au second
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu