Khusraw Ier et le sage expliquant le jeu d'échecs
Ferdowsi, Shâhnâmeh (Le Livre des rois), [suivi de] Jâmi, Kheradnâme-ye (Livre de sagesse d’Alexandre), Qâsemi Gonâbâdi, Shâhenshâh-nameh (Livre du roi des rois), Hâtefi, Temûr-nâmeh (Le Livre de Tamerlan)
Chirâz, 1567.
Papier, 567 f., 43 × 28,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 2113, f. 457v-458
© Bibliothèque nationale de France
Le roi Khusraw reçoit un jour un ambassadeur du rajah d'Inde qui lui offre de somptueux présents. Le plus mystérieux d'entre eux est un jeu d'échecs. L'émissaire accompagne ce cadeau d'un long discours encourageant les sages du royaume à découvrir le secret de ce noble jeu, à connaître le nom des pièces et à savoir les déplacer. S'ils y arrivent, ils seront les plus savants des hommes. Le monarque observe alors le jeu et demande à l'Indien de lui accorder huit jours. Deux savants s'y essaient en vain. C'est le sage Buzarchamahar qui, à la stupéfaction de tous, trouve seul comment le jeu fonctionne avec des stratégies de guerre.
La scène est très proche des autres scènes de cour, hormis au premier plan où les deux hommes sont assis sur le tapis, en train de jouer. L'un d'eux déplace une pièce. Le palais est ici composé de deux parties. À gauche, dans la cour pavée, plusieurs marches conduisent à une entrée : un personnage, sans doute l'ambassadeur, en sort, entouré par les serviteurs. Au-dessus, sur un balcon, plusieurs personnages suivent attentivement la scène.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu