Khosrow et Chîrîn
Nezâmi, Khamseh (Cinq poèmes)
Bâghbâd (Turkménistan) et [Ispahan ? (Iran)], 1619-1624.
Papier, 386 f., 36 × 24 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 1029, f. 90
© Bibliothèque nationale de France
Alors que son épouse Maryam vient de mourir, Khosrow épouse une autre jeune femme, renommée pour sa beauté. Chîrîn en conçoit un grand dépit. Au cours d’une partie de chasse, le roi se rend au château habité par la princesse. Un long dialogue se noue entre la jeune femme du haut des murs de son palais et le roi, descendu de son cheval, au pied du pavillon. Mais la belle refuse de se laisser infléchir.
La princesse agenouillée au balcon du pavillon, écoute avec attention les propos du roi de Perse. Celui-ci, reconnaissable à sa couronne et à sa somptueuse robe bleue, porte désormais une fine moustache. Au-dessus de la porte, on peut lire ces quelques mots : « Que cette porte soit toujours ouverte avec bonheur ! ».
L’architecture des lieux est conforme aux conventions picturales persanes telles qu’on les trouve dans les manuscrits du siècle précédent. Le peintre semble ignorer notre sens de la perspective alors que, déjà au XVIIe siècle, de nombreuses gravures occidentales commençaient à être importées.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu